Comité Maastricht Niou in lokale kranten

De comitéleden Fredric Petit, Michiel Radder (en zoon Ivan), Madeleine Inckel en Willemien Lenders hebben in februari 2009 een bezoek gebracht aan Burkina Faso, waar zij de opening van het Centre de Formation bijwoonden.
Hiervan is in lokale kranten bericht. Hieronder de (franstalige) krantenartikelen.

artikel 1 uit L’Opinion, N. 593 du 25 Février au 03 Mars 2009

Commune de Méguet
Le comité Maastricht-Niou et l’ASDC pour un Burkina vert

Le dimanche 22 février 2009, le gouverneur du Plateau Central, M. Issouf ROUAMBA, a procédé à l’inauguration d’un centre de formation en gestion des ressources naturelles dans le village de Kakim, commune de Méguet. C’était en présence de M. Gérard DUIJFJES ambassadeur des Pays-Bas au Burkina Faso, d’une délégation dudit comité et d’une population nombreuse en liesse.

Conscients que tout développement durable passe par la restauration du couvert végétal dans le contexte burkinabé, où le désert avance à grands pas, le comité Maastricht-Niou et l’Association Solidarité pour un Développement Communautaire (ASDC) ont décidé de prendre le taureau par les cornes. Il ont alors décidé de former les populations afin qu’elles puissent gérer elles-mêmes leur environnement immédiat, l’entretenir et l’améliorer. C’est dans cet optique que le centre de formation pour un Burkina vert de Kakim a été construit. Il vise comme objectif de former les populations en alphabétisation, en technique de production, en gestion de ressources naturelles, à la conservation et à la fertilisation des sols. Il est dénommé centre de formation André RIEU en l’honneur de ce chanteur qui a oranisé un concert gratuit dont les recettes ont permis au comité de commencer la réalisation de bois en 1988.
A la tribune d’inauguration de ce centre, M. Frédéric PETIT président du comité a, d’éntrée de jeu, justifié leur intervention dans la commune de Méguet par le fait, qu’il existe des liens historiques et de fraternité entre Niou et Méguet. Il a ajouté que l; inauguration de ce centre n’est pas la fin du projet mais le début, un départ pour l’atteinte de l’objectif qui est un Burkina vert. M. Pierre KABORE maire de la commune de Méguet, président de l’ASDC et représentant du comité Maastricht-Niou au Burkina, a remercié les partenaires pour tout ce qu’ils ont fait pour sa commune et les a rassurés que leurs oeuvres seront entretenues selon les normes requises et cela en collaboration avec les services déconcentrés de l’Etat. Pour sont Excellence DUIJFJES ambassadeur des Pays-Bas au Burkina, il y a une complémentarité entre son institution et les ONG qui travaillent sur les terrains, car tous contribuent au développement du pays, renforcent la décentralisation et partant la démocratie. Selon M Issouf ROUAMBA, gouverneur de la région du plateau Central, l’initiative de l’ASDC et comité entre en droite ligne avec la politique du gouvernement en matière de lutte contre la pauvreté et La valorisation du capital humain.
En rappel, le comité Maastricht-Niou des Pays-Bas oeuvre à la collaboration avec la population du Burkina et à la conscientisation de celle de Maastricht. Il a été officiellement créé en 1981 mais les contacts avec le Bukrina datent depuis 1975. Il compte à son actif plusieurs réalisations dont: des écoles, une clinique, un poste de secours, un centre pour la jeunesse, un centre d’activités diverses pour les femmes… Dans la commune de Méguet, en plus de ce centre de Kakim, le comité a réalisé plusieurs périmètres maraîchers, et soutient l’aménagement de la forêt communale. Notons que le centre de Kakim a déjà formé 70 jeunes et 50 autres sont en cours de formation.

 

artikel 2 uit Les Régionales, N. 567, jeudi 26 février 2009

Commune de Méguet
Un centre de formation pour le village de Kakim

Zorgho, (AIB) – Un centre de formation en matière de gestion des ressources naturelles pour les jeunes déscolarisés a été ouvert le dimanche 22 février 2009 à Kakim, village situé à 15 km de la commune de Méguet. C’était en présence de plusieurs personnalités.

Alphabétiser et former les jeunes déscolarisés dans les méthodes de protection de l’environnement, c’est l’initiative de l’Assocation solidarité pour un développement communautaire (ASDC) et l’ONG Comité Maastricht Niou qui ont convenue à cet effet de la création d’un centre de formation dans le village de Kakim. Une vision hautement partagé par le premier responsable de la région, le gouverneur Youssouf Rouamba qui a présidé la cérémonie d’ouverture du centre et qui avait à ses côtés l’ambassadeur des Pays-Bas au Burkina Faso Gerard Duijfjes. Pour le président du Comité Maastricht Niou M. Frédric Petit, l’ouverture de ce centre s’inscrit dans cette vision d’attaquer le problème de la désertification à sa source. << Nombreuses sont les demandes pour la construction de réservoirs d’eau, et la placement de pompes. Ces mesures n’ont qu’un effet temporaire. Pour attaquer le problème, il est nécessaire que l’agriculture, les arbres et les arbustes soient réintroduits >> a-t-il précisé. Dans ce sens, le centre dénommé Centre de formation André Rieu accueil déjà plus de soixante dix (70) personnes qui, en plus de l’alphabétisation, s’activent dans les actions de restauration de l’environnenent. La forêt communale de Méguet bénéficie ainsi du savoir faire des apprenants de ce centre. A Kakim où les populations bénéficiaires étaient fortement mobilisées, le gouverneur Youssouf Rouamba a adressé ses sincères remerciements aux deux structures, l’ASDC et l’ONG Comité Maastricht Niou. Il à invité les populations à << s’approprier cette nouvelle infrastructure en vue de la transformer en un temple d’apprentissage d’où sortiront des générations outillées et prêtes à faire face aux défis de la lutte contre la dégradation de notre environnement >>. Au cours de la cérémonie, des démonstrations en langue nationale mooré en lecture et calcul par les apprenants ont permis aux nombreux invités de prendre la mesure de la vitalité du centre. Le Comité Maastricht Niou oeuvre depuis près de vingt cinq (25) ans au Burkina Faso. Pour la commune de Méguet la structure prévoit avec la collaboration de la population locale de se pencher sur la réalisation des jardins de légumes pour les associations de femmes et les écoles et de bien d’autres projets en vue d’améliorer les revenues substantiels des familles.

Hahadou Daniel NADINGA